La star de « Fallen Leaves » Alma Pöysti dans la comédie romantique impassible de Finlande : les Fins sont « très timides et nous apprécions notre silence »

[ad_1]

Alma Pöysti a accepté de jouer dans Feuilles mortes, la candidature finlandaise aux Oscars, avant qu'il n'y ait un scénario. Il suffisait de savoir que la légende locale de la réalisation Aki Kaurismäki (L'homme sans passé) la voulait pour sa dernière histoire d'amour ouvrière, dans le rôle d'Ansa, une vendeuse de supermarchés timide et solitaire qui tombe amoureuse de Holappa, un ouvrier du bâtiment, joué par Jussi Vatanen.

Comment avez-vous été choisi pour ce film ?

J'ai reçu un appel téléphonique disant qu'Aki voulait se rencontrer pour le déjeuner. Nous nous sommes rencontrés et Jussi Vatanen, ma co-star, était également là. Aki a présenté cette idée du film. Il n'y avait pas encore de scénario, mais il marmonna quelque chose à propos d'une histoire d'amour. Ensuite, il a voulu parler de forêt, de culture de légumes et de politique. Tout ce qu'il a dit à propos de mon personnage, c'est qu'elle travaillait dans un magasin et qu'ils tomberaient amoureux tous les deux. Nous avons reçu le scénario un an plus tard. Aki a dit qu'il voulait écrire un film différent, mais c'est ce qui est sorti. Lorsqu’il l’a lu, il a déclaré : « Apparemment, c’est le quatrième film de ma trilogie ouvrière. »

Qu'avez-vous pensé du scénario ?

C'était un si beau texte. Mais Aki est un homme de peu de mots. C'est le scénario le plus court que j'ai jamais lu. Mais tout était là. Et j’ai réalisé que je n’avais rien à apporter, à ajouter ou à améliorer. J'avais juste besoin d'apprendre à lire le scénario, car tout était tellement clair, tous les indices sur le personnage étaient là. J'ai dû oser faire simple.

Comment décririez-vous votre personnage, Ansa ?

C'est une femme indépendante et fière de prendre soin d'elle. Il n’y a personne d’autre pour payer les factures, donc elle ne compte pas sur la société et elle ne compte pas sur un homme. Elle a des boulots de merde, mais ils paient le loyer, et il y a cette solidarité entre elle et ses collègues et ce genre d'amitié. Un indice était la scène où elle reçoit sa facture d'électricité et où elle retire immédiatement les fiches du mur, elle prend immédiatement des mesures concrètes.

Mais c'est aussi une femme très seule. Et sa timidité est définitivement un problème pour elle. Il lui faut beaucoup de courage pour sortir de cette bulle et permettre à quelqu'un d'autre de jouer un peu avec sa vie. Ensuite, il y a cette phrase clé, lorsqu'elle parle de ses parents : que son père est mort d'alcool, son frère aussi, et que sa mère est morte de chagrin. C'est un grand risque pour elle de tomber amoureuse de cet homme qui a un problème d'alcool, car elle pourrait finir par répéter l'histoire de ses parents. Alors elle fait un choix difficile et dit : « Je ne boirai pas. » Elle ne devient pas codépendante, ce qui serait un piège très courant. Il doit mettre sa vie en ordre avant de pouvoir revenir vers elle. C'est assez radical. Et très fort.

Vatanen et Martti Suosalo dans la candidature finlandaise aux Oscars.

Avec l'aimable autorisation de Spoutnik/MUBI

Comment s’est passé le tournage ?

Eh bien, il n'y a pas eu de répétitions. Aki nous a dit de ne pas répéter, ni ensemble ni séparément. Je suis un vrai nerd. J'adore préparer. C'était donc difficile. Ce que j'ai fait, c'est regarder tous ses films pour entrer d'une manière ou d'une autre dans son monde. Non pas pour copier ce que les gens ont fait auparavant, mais juste pour réaliser que vous êtes un petit maillon dans une longue chaîne qui compte déjà 20 films et que vous pouvez devenir partenaire dans un dialogue qui se déroule entre ces films.

Mais nous sommes arrivés sur le plateau, nous n'avons pas répété, et puis nous avons fait tous les plans en une seule prise. Si vous avez manqué vos répliques, nous avons fait une deuxième prise. C'était terrifiant, mais vous réalisez d'une manière ou d'une autre que vous n'avez qu'un seul instant et à quel point ce moment est précieux et à quel point vous devez être honnête. Vous avez une chance de réagir, une chance de bien faire les choses. Parce que dès qu'on commence à le répéter, il faut commencer à faire semblant, et il y a une petite couche qui rentre dans le travail.

Et il tourne toujours sur pellicule.

Oui! C'était un voyage dans le temps pour nous, les enfants du numérique, d'avoir ce cinéma à l'ancienne. Tout a été tourné au 35 millimètres. Tout le monde retient son souffle après chaque prise alors qu'il vérifie la porte. Aki dit qu'il préfère couper le film avant de le tourner. Il ne veut pas gaspiller de matériel, et comme il s'agit d'un véritable film, le matériel lui-même est si précieux. Venant d'un monde numérique, où vous pouvez avoir tant de prises, tant d'angles différents, c'est une façon tellement différente de travailler.

Il y a plusieurs scènes clés lorsque vous jouez avec un chien. Comment cela s’intègre-t-il dans la méthode à prise unique ?

Elle s'appelle Alma, la chienne, tout comme le mien, ce qui était une merveilleuse coïncidence. C'est un chien des rues du Portugal, le propre chien d'Aki. C'était son premier film. Je suis pleine d'admiration car elle est très disciplinée et a un grand sens du rythme. Elle faisait ces choix indépendants qui étaient toujours précis. Mais j'avais toujours une saucisse de rechange pour elle dans ma poche, pour lui faire comprendre que ça valait la peine de passer du temps avec moi.

Quel a été l’aspect le plus difficile de la réalisation de ce film ?

L'humour était une chose. Parce qu’il y a tellement de one-liners dans le scénario et qu’ils sont extrêmement drôles. Mais il faut les dire de manière très directe et très sérieuse. Comme quand Ansa va rendre visite à Holappa à l'hôpital et qu'elle dit à l'infirmière qu'elle ne connaît pas son nom de famille. L'infirmière demande si elle est une parente et elle répond : « Oui, je suis sa sœur ». Pause. « … dans la foi. » C'était difficile de tenir le coup.

Poysti avec Alma, le propre chien du scénariste-réalisateur Aki Kaurismaki.

Pöysti avec Alma, le propre chien du scénariste-réalisateur Aki Kaurismäki.

Avec l'aimable autorisation de Spoutnik/MUBI

L’essentiel de ma connaissance de la culture et de la société finlandaises vient du visionnage des films d’Aki Kaurismäki. Je me demande souvent à quel point c'est précis. Surtout quand les gens de ses films se parlent à peine.

Eh bien, cela ne vient pas de nulle part. Il crée une Finlande de conte de fées, mais il perfectionne notre trait de caractère. Nous sommes des gens très timides et nous apprécions notre silence. Nous ne sommes pas gênés de rester silencieux ensemble. C'est tout à fait normal en Finlande, même si je suppose que ce n'est pas le cas dans toutes les cultures. Et il ressent l'humour finlandais, qui est très sec. Il va assez loin, presque caricatural, mais c'est là.

Aki peut avoir un visage dur, mais il a le cœur le plus doux. C'est un vrai romantique. Si vous regardez ses films, vous pouvez vraiment voir qu'il se soucie de ses personnages. Il y a une telle humanité profonde dans ses films, la solidarité des gens, de ces parias, qui prennent soin les uns des autres même si la société ne s'en soucie pas. Cette attention est un contre-pouvoir au cynisme. Cette histoire aurait pu être une sorte de romance très sucrée, ce qui aurait peut-être amené les gens à l'écarter. Mais il y a beaucoup de sel ici pour accompagner le sucre.

Cette histoire est apparue pour la première fois dans un numéro autonome de décembre du magazine The Hollywood Reporter. Cliquez ici pour vous abonner.

[ad_2]

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

*