Starlab, avec la moitié du volume de l'ISS, pourra tenir dans la soute de Starship

[ad_1]

La station spatiale commerciale Starlab sera lancée sur la fusée Starship de SpaceX, ont annoncé des responsables cette semaine.

Starlab est une coentreprise entre la société américaine Voyager Space et la société aérospatiale multinationale européenne Airbus. L'entreprise construit une grande station avec un volume habitable équivalent à la moitié du volume pressurisé de la Station spatiale internationale et lancera la nouvelle station au plus tôt en 2028.

« L'histoire de succès et de fiabilité de SpaceX a conduit notre équipe à sélectionner Starship pour orbiter autour de Starlab », a déclaré Dylan Taylor, président-directeur général de Voyager Space, dans un communiqué. « SpaceX est le leader inégalé en matière de lancements à haute cadence et nous sommes fiers que Starlab soit mis en orbite en un seul vol par Starship. »

Montage dans un grand carénage

Starlab aura un diamètre d'environ 26 pieds (8 mètres). Ce n'est peut-être pas une coïncidence si la soute du Starship peut accueillir des véhicules mesurant jusqu'à 26 pieds de diamètre dans son carénage spacieux. Cependant, dans une interview, Marshall Smith, directeur de la technologie de Voyager Space, a déclaré que la société avait examiné plusieurs options de lancement.

« Nous avons envisagé plusieurs lancements pour mettre Starlab en orbite, et nous avons finalement opté pour des options de lancement unique », a-t-il déclaré. « Cela permet d'économiser une grande partie des coûts de développement. Cela permet d'économiser une grande partie des coûts d'intégration. Nous pouvons tout construire et vérifier sur le terrain, le tester et le lancer avec des charges utiles et d'autres systèmes. L'une des nombreuses leçons Ce que nous avons appris de la Station spatiale internationale, c'est que la construction et l'intégration dans l'espace coûtent très cher. »

Avec un seul lancement sur un vaisseau spatial, le module Starlab devrait être prêt à être habité par des humains presque immédiatement, a déclaré Smith.

Il est difficile de croire que l'intérieur de Starlab sera un jour aussi propre dans l'espace.

Starlab est l'une des nombreuses stations spatiales développées par le secteur privé en lice pour remplacer commercialement la Station spatiale internationale, que la NASA devrait mettre hors service en 2030. Parmi les autres prétendants figurent Axiom Space, Blue Origin et Vast Space. SpaceX peut également configurer une version humaine de Starship comme station spatiale temporaire.

La NASA a fourni un financement de démarrage à certaines de ces sociétés, dont Voyager Space, pour commencer à concevoir et développer leurs stations. La NASA devrait organiser un deuxième tour de concours l'année prochaine, au cours de laquelle elle sélectionnera une ou plusieurs entreprises pour procéder à la construction et aux tests de leurs stations.

Trouver des clients

Chaque entreprise développe une station spatiale qui servira à la fois aux clients gouvernementaux (la NASA souhaite continuer à faire voler au moins une poignée d'astronautes en orbite terrestre basse à des fins de recherche) et aux clients privés. Le défi pour Starlab et d’autres stations commerciales consiste à développer une clientèle au-delà de la NASA pour supporter les dépenses liées aux vols et à l’exploitation des stations.

Le défi est de taille : la NASA a dépensé plus de 100 milliards de dollars pour construire la Station spatiale internationale et dispose d'un budget annuel de 3 milliards de dollars pour les opérations et le transport des personnes et des fournitures vers la station. L'agence est susceptible de financer des stations spatiales commerciales à hauteur d'environ 1 milliard de dollars par an. Ces entreprises doivent donc construire leurs installations relativement rapidement et à faible coût, puis trouver une base diversifiée de clients pour compenser leurs dépenses.

Starlab pourrait avoir un avantage à cet égard avec sa copropriété avec Airbus. L’une des grandes questions entourant la fin de la Station spatiale internationale est de savoir ce qu’il adviendra des astronautes européens qui y volent désormais. L’Agence spatiale européenne sera probablement réticente à financer des missions vers des stations spatiales privées détenues et exploitées par des sociétés américaines. L’implication d’Airbus rend donc Starlab attractive pour les pays européens en tant que destination.

[ad_2]

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

*