Critique du Manchester Collective / Mahan Esfahani – débuts énergiques aux Proms

jen année normale, le Manchester Collective se serait probablement retrouvé à faire ses débuts aux Proms dans l’un des créneaux de fin de soirée, où les programmes les plus originaux sont trop souvent cachés. Mais ici, ils étaient l’événement principal au Royal Albert Hall, une formidable réussite pour un groupe fondé il y a seulement cinq ans.

C’est peut-être à cause de la fente très médiatisée que le programme a semblé s’efforcer terriblement d’avoir un attrait aussi large que possible. Une énergie maniaque et propulsive était la caractéristique commune d’une trop grande partie de la musique, du Concerto pour clavecin d’Henryk Górecki avec lequel le concert a commencé, à la pièce insipide de Wojciech Kilar, Orawa, qui a été ajoutée en rappel.

Mahan Esfahani était le soliste extraverti du Górecki, et il est revenu plus tard pour jouer le Jazz Clavecin Concerto de Joseph Horovitz, avec une basse et une batterie le rejoignant dans un trio de jazz improbable. Son jeu était toujours aussi percutant et brillant, mais cette virtuosité semblait plutôt gaspillée sur une musique indéniablement lisse mais triviale.

La Suite à l’Ancienne de Dobrinka Tabakova, The Court Jester Amareu, conçue comme un hommage à Rameau mais sonnant le plus souvent comme un hybride improbable entre les Danses folkloriques roumaines de Bartók et la Suite Capriol de Peter Warlock, n’avait pas plus de substance non plus, à part fournir une belle vitrine pour le jeu solo exceptionnel de l’altiste du collectif, Ruth Gibson.

Le programme, cependant, était certainement diversifié. La Sainte Présence de Jeanne d’Arc de Julius Eastman, composée pour 10 violoncelles mais jouée ici dans une version pour orchestre à cordes, a ajouté un minimalisme hardcore des années 1980 au mélange, tandis que The Center Is Everywhere d’Edmund Finnis offrait quelque chose de complètement différent – une écriture de cordes délicate et microtonale tissé dans des nuages ​​sonores à la dérive, qui ont fourni une véritable subtilité musicale dans une soirée autrement désespérément courte.

Tous les Proms de cette saison sont disponibles sur BBC Sounds jusqu’au 11 octobre.

Andrew Clements a écouté ce concert via l’émission en direct de Radio 3.

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

*