Je ne me suis jamais senti plus seul dans mon républicanisme, ni plus marié à lui | Moya Lothian Mc Lean

je J’ai toujours nourri une crainte secrète que je puisse être un « royaliste doux ». Tous les ingrédients étaient là : je suis un passionné d’histoire fasciné par les machinations – et les commérages sordides – entourant les monarques britanniques d’autrefois ; J’ai un faible pour la nostalgie; Je possède la version mise à jour de l’opus biographique 2007 de Tina Brown sur Diana, princesse de Galles. Je n’ai aucune aversion personnelle particulière pour la famille royale en tant qu’individus et je me suis sentie vraiment sympathique, comme lorsque la reine Elizabeth II a perdu son mari de 73 ans pendant le verrouillage.

Mais les 12 derniers jours ont révélé à quel point mes principes républicains sont fidèles ; ils les ont fortifiés, en fait. Cela paraît évident : plutôt que de passer le sceptre, il faudrait en profiter pour le jeter à la casse de l’histoire. Jamais la fiction d’un droit divin de régner n’a semblé aussi usée.

Pris en sandwich entre une couverture mur à mur rendant hommage au monarque décédé, ou les blogs en direct disséquant la signification du tour de cou en perles arboré par la princesse de Galles à l’abbaye de Westminster, de multiples histoires témoignent de la suspension du bon sens nécessaire au maintien de l’existence de la famille royale, justifiant l’annulation de rendez-vous médicaux au milieu d’un arriéré meurtrier du NHS, ou plaidant pour le droit du nouveau roi de ne pas payer de droits de succession sur les centaines de millions qu’il a hérités de sa mère.

Pourtant, alors que la réaction à la mort de la reine a ancré mon républicanisme, elle semble avoir fait le contraire dans une grande partie du pays. La puissance écrasante de la tradition a exercé sa magie hégémonique et rallié le soutien à la famille royale, même parmi mes pairs, les «jeunes Britanniques» tant vantés qui avaient soi-disant «tourné le dos à la monarchie».

Un sondage YouGov du 11 septembre a révélé que si les 18 à 25 ans étaient plus incertains de la monarchie que les cohortes plus âgées, 40 % soutenaient toujours son existence ; ce chiffre atteint 53% chez les 25-49 ans. Le roi Charles a connu une augmentation significative de sa popularité depuis qu’il a suffixé son nom avec III – la même enquête a révélé que le pourcentage de personnes disposées à être d’accord avec l’affirmation selon laquelle il «ferait un bon roi» était passé de 32% en mai à 63% dernier la semaine. Les répondants plus jeunes sont moins enthousiastes dans leur soutien pour lui, mais il est toujours là.

Les données suggèrent également que les sentiments républicains entretenus alors qu’ils étaient plus jeunes sont susceptibles d’être érodés par l’âge. Seuls 14% des moins de 35 ans étaient prêts à dire que la monarchie était «très importante» pour la Grande-Bretagne en 2021, contre 44% des personnes âgées de 55 ans et plus. Selon le spécialiste des sondages John Curtice, il s’agit d’un modèle historique – cet écart est à peu près le même qu’en 1994. Ceux qui ont averti les républicains d’attendre un soutien à court terme pour la famille royale après la mort de la reine pourraient se retrouvent déçus.

Même armé de ce réalisme, il est toujours choquant de voir tant de gens se mettre en ligne, au bon moment. Il y a bien sûr différentes sous-sections : des royalistes-avec-un-R-majuscule inconditionnels et engagés, à ceux qui revendiquent des tendances républicaines mais se sont retrouvés à capituler face à la machine d’État, y voyant une marque de « respect ». » à Elizabeth de ne pas s’opposer activement au maintien de la monarchie via son fils.

Des mini-guerres culturelles se jouent via le deuil public. Comme un ami l’a théorisé plus tôt cette semaine, pour certains (principalement des experts des médias centristes et de droite, il faut le dire), le monarchisme est devenu un moyen de «dénigrer la gauche» – voir les goûts de Dan Wootton de GB News, qui a longtemps jumelé son une «guerre au réveil» fastidieuse avec une couverture royale si sycophante que vous soupçonnez que même les Windsors pourraient la trouver désagréable. Un exercice intéressant pour suivre la fragmentation politique consiste à partisans du groupe de pression République à partir de 2012 – il est difficile d’imaginer ces noms s’unir pour une cause commune aujourd’hui.

Ensuite, il y a l’approche «royaliste ou pas, il est difficile de ne pas être ému par cette célébration de la reine», qui semble inclure des jeunes désireux de partager un sentiment collectif – en partie fabriqué. C’est un sentiment surréaliste d’être soudainement si hésitant à penser : « Eh bien, en fait, c’est très facile de ne pas être ému. » Si je suis ému par une émotion particulière, c’est la colère que le deuil forcé apporte de nouvelles souffrances à ceux qui luttent déjà, que les voix dissidentes soient réprimées, que le concept de « respect » soit invoqué par tant de personnes et pourtant accordé à tant peu.

Samedi, je me suis frayé un chemin à travers une foule de personnes en deuil royal dans le centre de Londres en me rendant à un plus petit rassemblement, à quelques mètres de là, à l’extérieur de New Scotland Yard. La manifestation visait à protester contre la fusillade par la police d’un homme noir de 24 ans non armé, Chris Kaba. Alors que nous étions là, écoutant le chagrin de la famille et des amis endeuillés de Kaba, ainsi que des proches de certaines des 1 833 personnes décédées après avoir été en contact avec la police en Angleterre et au Pays de Galles au cours des 32 dernières années, une femme est passée en courant et a crié : « La mère de quelqu’un est décédée. »

C’était un moment si surréaliste, la violence – et je n’utilise pas ce mot à la légère – si choquante, c’était difficile à comprendre pleinement. Le sentiment, si souvent silencieux, avait été exprimé haut et fort. Une vie n’est pas égale à une autre. Vivre dans un pays gouverné par la royauté signifie fidélité non seulement en acte mais en pensée. Cela signifie un engagement – ​​souvent inconscient – ​​à préserver l’iniquité, que le royalisme soit « doux » ou non. Peut-être un jour prochain, le républicanisme retrouvera-t-il sa position non partisane. Mais jusque-là, je sais où j’en suis et je n’ai jamais été aussi sûr d’être attaché à une croyance aussi impopulaire.

  • Moya Lothian-McLean est rédactrice en chef chez Novara Media

  • Avez-vous une opinion sur les questions soulevées dans cet article? Si vous souhaitez soumettre une lettre de 300 mots maximum pour être considérée pour publication, envoyez-la nous par e-mail à guardian.letters@Oxtero.com


Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

*