Le nombre de morts augmente en Iran alors que les manifestations de Mahsa Amini se poursuivent pour la 10e nuit

Les Iraniens sont descendus dans la rue pour la 10e nuit consécutive pour protester contre la mort de Mahsa Amini au mépris d’un avertissement de la justice.

Officiellement, au moins 41 personnes sont mortes depuis le début des troubles, principalement des manifestants mais y compris des membres des forces de sécurité, mais des sources affirment que le chiffre réel est plus élevé.

Le groupe norvégien Iran Human Rights (IHR) a déclaré dimanche soir que le nombre de morts était d’au moins 57, mais a noté que les pannes d’Internet en cours rendaient de plus en plus difficile la confirmation des décès dans un contexte où les manifestations dirigées par des femmes se sont propagées à des dizaines. des villes.

Des images diffusées par IHR montraient des manifestants dans les rues de Téhéran criant « mort au dictateur », soi-disant après la tombée de la nuit dimanche.

Faisant écho à un avertissement lancé la veille par le président, Ebrahim Raisi, le chef du pouvoir judiciaire, Gholamhossein Mohseni Ejei, a « souligné dimanche la nécessité d’une action décisive sans clémence » contre les principaux instigateurs des « émeutes », a déclaré le site Mizan Online du pouvoir judiciaire.

Des centaines de manifestants, de militants réformistes et de journalistes ont été arrêtés au milieu des manifestations, pour la plupart nocturnes, depuis que les troubles ont éclaté pour la première fois après la mort d’Amini, 22 ans, en garde à vue le 16 septembre. Amini a été détenue par la police des mœurs pour ne pas avoir porté correctement le hijab.

Les plus grandes manifestations en Iran depuis près de trois ans ont vu les forces de sécurité tirer à balles réelles, tandis que les manifestants ont lancé des pierres, incendié des voitures de police et incendié des bâtiments publics.

Certaines manifestantes ont enlevé et brûlé leur hijab lors des rassemblements et se sont coupé les cheveux, certaines dansant près de grands feux de joie sous les applaudissements des foules qui ont scandé « zan, zendegi, azadi » ou « femme, vie, liberté ».

Le moniteur Web NetBlocks a noté des « coupures de courant » et des « restrictions généralisées de la plate-forme Internet », WhatsApp, Instagram et Skype ayant déjà été bloqués. Cela faisait suite à des interdictions plus anciennes sur Facebook, Twitter, TikTok et Telegram.

S’exprimant au nom de l’Union européenne, son chef de la politique étrangère, Josep Borrell, a déclaré que « l’usage généralisé et disproportionné de la force contre des manifestants non violents est injustifiable et inacceptable ». Il a condamné les restrictions d’Internet comme « violant de manière flagrante la liberté d’expression ».

L’Iran a convoqué les ambassadeurs britannique et norvégien pour ce qu’il a qualifié d’ingérence et de couverture médiatique hostile, tandis que le ministre des Affaires étrangères, Hossein Amirabdollahian, a également critiqué le soutien américain aux « émeutiers ».

Dimanche, le conseiller américain à la sécurité nationale, Jake Sullivan, a déclaré que les États-Unis avaient pris des « mesures tangibles » pour sanctionner la police des mœurs.

Le Royaume-Uni a été blâmé pour le « caractère hostile » des médias farsi basés à Londres. Le ministère britannique des Affaires étrangères a déclaré qu’il défendait la liberté des médias et a condamné la « répression de l’Iran contre les manifestants, les journalistes et la liberté sur Internet ».

L’envoyé norvégien a été convoqué pour expliquer la « position interventionniste » du président de son parlement, Masud Gharahkhani, né à Téhéran, qui a exprimé son soutien aux manifestants.

« Si mes parents n’avaient pas fait le choix de fuir en 1987, j’aurais été l’un de ceux qui se battent dans les rues avec ma vie en jeu », a tweeté Gharahkhani dimanche.

Des rassemblements pro-gouvernementaux ont également eu lieu dimanche, l’événement principal se déroulant dans le centre de Téhéran.

Mais l’un des principaux syndicats d’enseignants a appelé dimanche les enseignants et les étudiants à organiser une grève nationale lundi et mercredi.

Des manifestations à l’étranger ont eu lieu en solidarité avec les femmes iraniennes à Athènes, Berlin, Bruxelles, Istanbul, Madrid, New York et Paris, entre autres villes.

Le réalisateur iranien oscarisé Asghar Farhadi a appelé les militants et les artistes du monde entier à soutenir les manifestants, qui, selon lui, «recherchaient des droits simples mais fondamentaux que l’État leur a refusés pendant des années».

« Je respecte profondément leur lutte pour la liberté et le droit de choisir leur propre destin malgré toute la brutalité à laquelle ils sont soumis », a déclaré Farhadi dans un post sur Instagram.

Avec l’Agence France-Presse et Reuters

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

*