L’Allemagne dévoile une aide de 200 milliards d’euros pour les consommateurs et déclare qu’elle ne suivra pas la voie du Royaume-Uni

Le ministre allemand des Finances a promis qu’il ne suivrait pas le Royaume-Uni « sur la voie d’une politique budgétaire expansionniste » alors que son gouvernement a annoncé un fonds de 200 milliards d’euros (177 milliards de livres sterling) conçu pour protéger les consommateurs et les entreprises de la hausse des prix du gaz provoquée par la guerre de la Russie en Ukraine. .

La plus grande économie d’Europe réactivera un fonds de stabilisation économique précédemment utilisé pendant la crise financière mondiale et la pandémie de coronavirus, a déclaré le chancelier, Olaf Scholz, lors d’une conférence de presse conjointe avec le ministre des finances, Christian Lindner, et le ministre de l’économie, Robert Habeck, le Jeudi après-midi.

« Les prix doivent baisser. C’est notre conviction », a déclaré Scholz, ajoutant:« Pour qu’ils descendent, nous aurons besoin d’un grand bouclier de défense.

Les politiques budgétaires expansionnistes comprennent des réductions d’impôts et des dépenses publiques dans le but de stimuler l’économie. Mais ils courent le risque de provoquer une forte inflation et de dévaluer la monnaie, comme cela s’est produit au Royaume-Uni.

Lindner, du parti libéral-démocrate fiscalement belliciste, a déclaré que le paquet sur les prix de l’énergie n’impliquerait pas de nouveaux emprunts réguliers, ajoutant que l’Allemagne « ne suivait expressément pas l’exemple de la Grande-Bretagne sur la voie d’une politique budgétaire expansionniste ».

« Ce processus n’est pas risqué », a-t-il ajouté plus tard.

Le fonds de stabilisation économique a été créé en 2020 et doté de 500 milliards d’euros pour aider les entreprises touchées par les mesures de confinement. Bien qu’il soit toujours financé par l’État qui contracte de nouvelles dettes, le fonds ne peut être utilisé que pour payer des mesures spécifiques et ne compte donc pas dans le budget régulier des ménages – c’est-à-dire. le budget annuel du gouvernement fédéral.

Les critiques disent que le fonds spécial de crise est un tour de passe-passe qui permettra à l’Allemagne uniquement sur papier de revenir l’année prochaine aux restrictions du ratio dette / PIB que le parti de Lindner a défendues. Le nouveau « budget fictif » de 200 milliards d’euros pour la crise énergétique s’ajoute à un fonds de 100 milliards d’euros pour la reconstruction de son armée et à un rappel de 60 milliards d’euros pour un fonds spécial pour les mesures de protection du climat qui ont été adoptés par le gouvernement de coalition de Scholz.

Au cœur du paquet se trouve un plafond temporaire sur les prix de l’électricité et du gaz, que le gouvernement dit vouloir ramener « à un niveau où les ménages privés et les entreprises sont protégés contre la surcharge ». La différence entre le plafond et les prix payés par les importateurs de gaz sur le marché mondial serait comblée par l’État.

Dans un revirement important, le gouvernement de Scholz supprime également une taxe sur l’essence imposée aux consommateurs qui devait entrer en vigueur ce samedi. Le prélèvement visait à l’origine à indemniser les fournisseurs d’énergie pour l’augmentation des coûts d’importation. Mais après avoir été accepté par les trois partis de la coalition cet été, il a été de plus en plus considéré comme politiquement toxique pour récompenser certaines sociétés énergétiques engrangeant déjà des bénéfices records.

Une réduction temporaire de la TVA, initialement conçue pour accompagner la taxe sur le gaz, resterait et n'était pas encore incluse dans le paquet de 200 milliards d'euros, a déclaré Habeck.

Les économistes ont averti qu'un plafonnement des prix du gaz pourrait faire grimper l'inflation et réduire l'incitation des ménages et des entreprises à économiser de l'énergie alors que l'Allemagne fait face à une pénurie de gaz cet hiver.

Le chef de l'agence fédérale allemande des réseaux a averti plus tôt cette semaine que les objectifs d'économies n'étaient pas atteints et que les ménages utilisaient plus, plutôt que moins, de gaz que les années précédentes.

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

*