The Secret Diaries of Charles Ignatius Sancho by Paterson Joseph review – un Britannique noir géorgien

Charles Ignatius Sancho était un compositeur et militant du XVIIIe siècle, et l’un des premiers électeurs noirs enregistrés de Grande-Bretagne. Le premier roman de l’acteur et dramaturge Paterson Joseph retrace la vie de cet homme fascinant à travers des entrées de journal, des lettres et des commentaires fictifs. C’est une approche à enjeux élevés, mais la voix du journal sonne comme Sancho dans ses vraies lettres – parfaite non seulement pour l’époque, mais aussi pour l’homme.

L’histoire nous emmène de la naissance de Sancho à son âge mûr. Il commence sa vie sur un navire négrier mais est rapidement transféré à Londres, où il est confié aux «Sœurs» qui l’affublent de son étrange nom. Il trouve grâce auprès d’un duc, apprend à lire et à jouer Shakespeare, s’enfuit, souffre, aime, prospère et parvient enfin à accumuler suffisamment de biens pour voter. L’action est captivante, mais c’est la façon dont Joseph la raconte qui rend ce livre si agréable.

Le Sancho de Joseph est plein de bonne humeur fantastique, de ses sentiments intenses sur le gâteau - "Francis Williams était assis dans la bibliothèque un jeudi matin, mangeant ma scones" - à son étiquetage de ses trois maîtresses comme "le Coven". Comme Tristram Shandy, il a une approche infailliblement philosophique de la malchance. Même à son point le plus bas, dans une rue froide après avoir perdu la plupart de ses vêtements, il a un sens aigu du ridicule, et parce que cette tendance comique n'est jamais loin, Joseph peut inclure des choses terribles sans rendre l'histoire trop punitive. Il n'y a pas à s'éloigner de la vraie histoire : la vie de Sancho n'est pas que du gâteau dans la bibliothèque d'un duc. Mais dans sa voix spirituelle, factuelle et infiniment bienveillante, il est rarement difficile à lire.

Une seule fois le roman devient vraiment poignant, lorsqu'une petite fille est violée dans une plantation. C'est très en contradiction avec le reste du livre, au point qu'il se lit comme si quelqu'un d'autre l'avait écrit. Il y a des choses que même Sancho ne peut pas éclairer.

Sancho est peut-être un grand comédien, mais il est aussi hanté. Il a une culpabilité aiguë d'être relativement en sécurité. Les Sœurs sont de mauvaises personnes, mais il est douloureusement conscient qu'il n'a jamais travaillé dans un champ ou à faire de la mélasse. En tant que petit garçon, il a le patronage du duc qui fournit ces scones très importants; il rencontre des personnages historiques tels que le Dr Johnson, Thomas Gainsborough, Laurence Sterne, voire le roi. Sa conscience que ce n'est pas la vie à laquelle les gens qui lui ressemblent peuvent s'attendre s'accroche à lui tout au long du roman, tout comme sa peur que ses enfants ne puissent pas toujours s'accrocher à leur sécurité.

Comme la plupart des histoires qui suivent une vraie biographie, le roman se déroule par à-coups. Au départ, il court très vite et sûrement, quand Sancho est un enfant ; il y a des accalmies, puis à nouveau des sursauts d'activité disjoints. Certains des moments pour lesquels Sancho est célèbre - rencontrer le roi, composer de la musique, poser pour un portrait de Gainsborough - sont traités très brièvement. C'est une belle astuce, cependant. Pour lui, ils ne sont pas importants ; il est distrait par sa famille grandissante et sa goutte de plus en plus ennuyeuse.

Dans sa préface au roman, Joseph dit, peut-être avec un peu de la grandiosité théâtrale qu'il injecte si bien dans le personnage de Sancho, que son objectif est de dépeindre la présence des Noirs dans l'histoire britannique "sous la forme dans laquelle j'ai rencontré Oliver Twist , David Copperfield et Jane Eyre ». C'est une tâche difficile à accomplir pour un écrivain, mais le soin et la recherche transparaissent dans chaque chapitre. C'est une tragi-comédie de premier ordre, à ne pas manquer.

The Secret Diaries of Charles Ignatius Sancho de Paterson Joseph est publié par Dialogue (£16.99). Pour soutenir le Guardian et l'Observer, commandez votre exemplaire sur guardianbookshop.com. Des frais de livraison peuvent s'appliquer.

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

*