La NASA laisse sa fusée Artemis I exposée à des vents supérieurs aux limites de conception

Tôt jeudi matin, l’ouragan Nicole a touché terre près de Vero Beach, sur la côte est de la Floride. Parce que Nicole avait un très grand œil, près de 60 miles de diamètre, ses vents les plus forts étaient situés bien au nord de cette position d’atterrissage.

En conséquence, le Kennedy Space Center a subi certaines des rafales de vent les plus intenses de Nicole tard mercredi soir et jeudi matin. Bien qu’il soit peu probable que de tels vents d’un ouragan de catégorie 1 endommagent les installations, ils sont préoccupants car l’agence spatiale a laissé sa mission Artemis I – composée de la fusée Space Launch System et du vaisseau spatial Orion – exposée sur une plate-forme au Launch Complex-39B. Le pad est à deux pas de l’océan Atlantique.

Quelle était l’intensité des vents ? Le National Weather Service héberge les données des capteurs de la NASA attachés aux trois tours d’éclairage de cette rampe de lancement sur un site Web public. Il peut être un peu difficile d’interpréter les lectures car il y a des capteurs à des altitudes variant de 132 pieds à 457 pieds. Cependant, la plupart des données accessibles au public semblent provenir d’une altitude d’environ 230 pieds, ce qui représenterait la zone de la fusée Space Launch System où l’étage central est attaché à l’étage supérieur. La pile entière atteint une hauteur d’environ 370 pieds au-dessus du sol.

Avant l’arrivée de Nicole, la NASA a déclaré que sa fusée SLS était conçue pour résister à des rafales de vent de 74,4 nœuds. De plus, l’agence a déclaré mardi dans un article de blog : « Les prévisions actuelles prédisent que les plus grands risques sur le pad sont des vents violents qui ne devraient pas dépasser la conception SLS. »

D’après les données accessibles au public, cependant, il semble que la fusée ait été exposée à des rafales de vent proches, égales ou supérieures à 74,4 nœuds pendant plusieurs heures jeudi matin. Une rafale maximale de 87 nœuds a été signalée sur le site du National Weather Service, avec plusieurs rafales au-dessus des niveaux de conception de la NASA. Il est possible que la limite de conception de 74,4 nœuds comporte une certaine marge.

L’agence spatiale a tort de suggérer que les prévisionnistes n’ont pas prédit de tels vents depuis Nicole. La réalité est que les prévisions de probabilité de vitesse du vent du Centre national des ouragans prévoyaient la possibilité de vents aussi forts, même s’ils n’étaient pas le scénario le plus probable. Mardi, peu de temps avant que la NASA ne publie sa mise à jour de blog minimisant les risques pour Artemis I de Nicole, le National Hurricane Center a prédit une probabilité de 15% de vents de force ouragan près du Kennedy Space Center, ce qui aurait produit des rafales similaires à celles mesurées jeudi matin sur le site de lancement.

Et après

Qu’est-ce-qu’on fait maintenant? Nominalement, l’agence spatiale vise toujours une tentative de lancement à 1 h 04 HE (06 h 04 UTC) le mercredi 16 novembre. Théoriquement, cela reste possible, mais en réalité, cela semble peu probable. Lorsqu’il sera sûr pour les employés et les sous-traitants de la NASA de retourner au Kennedy Space Center, peut-être plus tard dans la journée ou vendredi, ils commenceront les inspections du véhicule.

Selon Phil Metzger, un ingénieur qui a travaillé sur le programme de la navette spatiale pour la NASA, la préoccupation la plus probable sera l’intégrité structurelle de la fusée après avoir été exposée à des périodes prolongées de vents violents. Une fusée est conçue pour monter, donc bien que sa structure puisse supporter une pression intense et des vents dans le sens vertical, elle n’est pas conçue pour résister à des vents similaires dans le sens horizontal.

Dans une série de tweets, Metzger a prédit que les ingénieurs en structure auront deux semaines chargées pour évaluer les risques de dommages causés par la tempête et éventuellement demander des dérogations pour faire voler le véhicule après son exposition à ces charges. Ce sera une tâche difficile. Il n’est pas possible de radiographier les structures à l’intérieur de la fusée, donc ce processus impliquera d’exécuter et de réexécuter des calculs structurels. À un moment donné, la direction du programme devra décider si le risque – qui comprend le potentiel de rupture de la fusée lors du lancement – est trop élevé pour voler sans autres inspections ou travaux correctifs.

Alors pourquoi la NASA n’a-t-elle pas simplement reculé pour se mettre à l’abri ? Le timing ici est essentiel. Il faut environ trois jours pour préparer et ramener la fusée de la rampe de lancement au bâtiment de protection du véhicule d’assemblage du Kennedy Space Center. La NASA aurait donc probablement dû prendre la décision de retour en arrière dimanche. À l’époque, le résultat le plus probable, prédit par les prévisionnistes, était que la fusée aurait été exposée à des vents de 40 nœuds.

Les responsables de l’agence spatiale n’ont pas été mis à la disposition du public pour parler de leur processus de prise de décision, mais le blog de la NASA publié mardi suggère qu’un dernier appel a effectivement été lancé dimanche soir : « Sur la base des conditions météorologiques prévues et des options pour revenir en arrière avant le tempête, l’agence a déterminé dimanche soir que l’option la plus sûre pour le matériel de lancement était de garder la fusée du système de lancement spatial et le vaisseau spatial Orion sécurisés sur la plate-forme. »

Du point de vue de l’agence spatiale dimanche, il y avait clairement un risque non nul de vents dommageables pour la fusée, mais il était faible, probablement moins de 5 %. Faire reculer la fusée à l’époque aurait supprimé plusieurs tentatives de lancement, et peut-être même anéanti toute la période de lancement de novembre, pour la mission tant attendue Artemis I. Si le lancement avait été retardé en décembre, cela aurait ouvert une foule d’autres problèmes pour l’agence, peut-être le plus critique étant que sa certification de la durée de vie du propulseur de fusée solide – ces propulseurs massifs à base de poudre sont empilés depuis près de deux ans – était sur le point d’expirer.

La NASA avait donc de nombreuses bonnes raisons de vouloir retirer la mission Artemis I de la rampe de lancement ce mois-ci. En conséquence, ils ont un peu joué avec la météo. Ils ont peut-être perdu.

Aller à discuter…


Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

*