Soulager les écoles privées britanniques de la honte de leur don d’État est sûrement un acte de charité | Catherine Bennett

SHeureusement, Keir Starmer, 10 ans, ne semble pas avoir été le genre d’enfant qui anticipe. Un garçon plus prudent – ​​ou prophétique – aurait sûrement refusé de fréquenter la grammaire de Reigate, voire délibérément échoué à son 11+, au cas où les grammaires seraient un jour abolies, son école faisant partie de celles devenues indépendantes et sa fréquentation utilisé, quelque 50 ans plus tard, pour défendre les allégements fiscaux pour les écoles privées.

Ce que le jeune Starmer n’inspire pas maintenant à ses détracteurs les plus désespérés pour détecter « la puanteur de l’envie de classe hypocrite » dans le plan du Labour visant à supprimer le statut d’organisme de bienfaisance qui confère aux écoles privées, entre autres avantages fiscaux, une exonération de TVA d’une valeur de 1,7 milliard de livres sterling.

Si je suis leur raison, c’est vraiment que puisque Starmer, même par inadvertance, a bénéficié de l’enseignement privé, alors l’enseignement privé pour les plus riches, ainsi que les ploutocrates d’outre-mer, devrait maintenant continuer à être subventionné par des gens qui ne pourraient jamais se le permettre. Logiquement donc, une telle réforme devrait sembler plus attrayante lorsqu’elle est proposée par quelqu’un qui n’est pas entaché par le choix d’école de ses parents.

Mais l’éducation publique de Theresa May n’a pas apaisé les critiques lorsque, en tant que Premier ministre en 2016, elle a noté à propos des écoles privées : « Entre 2010 et 2015, leurs frais ont augmenté quatre fois plus vite que la croissance moyenne des revenus, tandis que le pourcentage de leurs élèves qui viennent de l’étranger a augmenté de 33 % depuis 2008. » De plus, ces institutions insatiables ne remplissaient pas de manière fiable leur obligation, en échange d’avantages fiscaux continus, de fournir un bien public. May a menacé les écoles de perdre leur statut d’organisme de bienfaisance si elles ne faisaient pas plus pour le mériter. Elle aussi a été dénoncée par des ministres conservateurs et

réprimandé par les écoles. Le président de la conférence des directeurs et directrices s’est opposé à « une arme pointée sur nos têtes ». Le proviseur de Rugby l’a qualifiée d' »un peu effrontée », « un peu cheap ».

Comparez avec ces écoliers coûteux David Cameron, Boris Johnson, Jeremy Hunt et Rishi Sunak, tous reconnaissant leur devoir d’adulte de représenter des allégements fiscaux pour l’enseignement privé – un bien de plus en plus luxueux auquel l’accès a, comme même les saveurs a regretté, régulièrement diminué – comme quelque peu différent des sacs à main à prix charitable. La semaine dernière, Sunak a qualifié l’enseignement privé « d’aspiration de millions de travailleurs acharnés ». Et certes, étant donné un gain à la loterie, il n’y a aucune raison pour que des millions de personnes qui travaillent dur ne puissent pas aspirer à l’éducation d’une personne super riche, tout comme ils peuvent aspirer à une Lotus blanchôtel de style, Succession-mariage toscan d’inspiration, ou une croisière comme celle de Triangle de tristesse.

Un nouveau sondage indique, cependant, qu’une majorité de 62% n’est pas convaincue par la fiction de Sunak; également par des récits déchirants de sacrifices de la classe moyenne comme ceux destinés la semaine dernière à transmettre le

perspective dystopique de la TVA induite par Starmer. Un écrivain a détaillé les vacances aux Seychelles et les voitures neuves auxquelles sa famille avait renoncé – « de tels luxes nous ont été refusés » – au nom de l’enseignement privé. La Courrier, s’attardant également sur l’agonie des revenus moyens, a négligé les preuves d’une accessibilité financière en baisse qui ont dû depuis longtemps exclure de nombreux lecteurs. « Les trois quarts des enfants des écoles privées sont issus de familles des trois premiers déciles de revenu », selon l’Institute for Fiscal Studies, « et la plupart d’entre eux du décile le plus riche ».

Les parents déçus ne peuvent que souhaiter que leurs sympathisants des médias aient exprimé ce niveau d’angoisse au cours des décennies où les écoles privées augmentaient habituellement les frais au-dessus de l’inflation. Il y a trois ans, le directeur de l’école de Stowe a déclaré que les écoles indépendantes faisaient trop peu pour les enfants défavorisés : les bourses allaient en grande partie aider « le milieu pressé qui ne peut pas payer les frais de 40 000 £ ». Seulement 1 % des bourses des écoles indépendantes sont entièrement financées.

Pour un organisme aussi hautement éduqué, avec apparemment tant d’enjeux, le secteur des écoles indépendantes a été, pourrait-on dire, remarquablement négligent ou arrogant à l’idée de faire de son bien un bien public. Même après avoir été protégé pendant des siècles par les vieux garçons qu’il a propulsés dans la vie publique, et réconforté en 2011 par un tribunal fiscal qui, incroyablement, a permis aux écoles individuelles de définir l’avantage public qui leur donne droit au statut d’organisme de bienfaisance, il aurait probablement dû se réveiller quand Michael Gove a commencé à poser des questions. « Comment cela peut-il être justifié? » a-t-il demandé en 2017 au « soutien flagrant de l’État » des écoles.

S’ils n’avaient pas pu prévoir comment certains de leurs anciens élèves les plus horribles abuseraient du pouvoir politique, ou combien d’écoles privées seraient exposées par les révélations «Tout le monde est invité» de filles dont le harcèlement sexuel était ignoré, ou comment une propension à l’inflation des notes serait exposée (mais jamais punis) en période de confinement, l’impact éventuel sur la réputation de bourses inadéquates et de frais super-exclusifs aurait pu être prévu. Ils auraient pu, par exemple, se conformer à la demande de May pour des « repères » d’intérêt public. Dans l’état actuel des choses, ni les écoles indépendantes ni leurs alliés ne peuvent désormais offrir une défense de leur statut d’organisme de bienfaisance qui ne soit pas inexacte, invraisemblable ou farfelue.

La prospérité continue des écoles indépendantes, après que les frais ont augmenté de 60 % en termes réels (entre 2000 et 2018), jette un doute sur les affirmations selon lesquelles un exode de parents juste assez aisés sera, si la TVA se traduit par de nouvelles augmentations, catastrophique pour le secteur .

La Guide des bonnes écoles a noté que les parents sont « prêts à payer ». Et si certains ne le peuvent pas ? Ces victimes de la guerre des classes dépenseront dûment leurs anciens cachets pour les stratagèmes que nombre de leurs pairs (y compris les plus progressistes) ont employés pendant des années : déménager, simuler une croyance religieuse, trouver des tuteurs pour la musique et d’autres opportunités réservées. La récompense de ces efforts étant, avec l’avantage dans les candidatures universitaires, la morale de ne jamais, évidemment, acheter un avantage.

Quant aux enfants destinés par le parti travailliste à sacrifier tout espoir d’une bourse imaginaire qui changera leur vie, il y a une consolation. Puisque tout ce qu’un enfant pourrait perdre dans la formation du personnage (comme l’ont récemment démontré les écoliers d’Eton), il a tout à gagner, si cet ancien débat vacille, à ne pas être la créature la plus basse du bestiaire conservateur : un destinataire indigne des subventions de l’État.

Catherine Bennett est une chroniqueuse d’Observer

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

*